iKentoo est prêt pour la nouvelle loi 2018 sur les caisses enregistreuses en France


old-cash-register-keys
restaurant door.jpg

La dissimulation de revenus imposables grâce à la caisse enregistreuse serait une pratique bien répandue aujourd'hui en France. Selon les rumeurs, certains logiciels permettent même de soustraire un montant arbitraire à l'addition. Pour autant que le client s'acquitte de la facture en argent comptant, l'escroquerie passe inaperçue. Et le restaurateur ou l'épicier évite de payer une partie de la TVA qu'il doit au fisc. Cette pratique, qui concernerait jusqu'à 30% des transactions effectuées en cash, coûte 17 milliards d'euros par an à l’État français. Ce n'est pas anodin : la TVA représente 50% des recettes fiscales du pays.

Nouvelle loi fiscale

Mais cette technique vit ses derniers jours. La nouvelle Loi de finances, adoptée fin 2015, comporte un article qui oblige tous les commerçants faisant appel à un système ou logiciel d’encaissement à se doter dès le 1er janvier 2018 de caisses enregistreuses qui empêchent de s'adonner à ce type de pratique. Ceux qui refusent de se conformer à la nouvelle législation risquent d'écoper d'une amende de 7500 euros.

Concrètement, l'article 88 oblige chaque personne assujettie à la TVA qui utilise un logiciel de caisse enregistreuse à démontrer que celui-ci est à la fois sûr, génère des données inaltérables et permet de conserver tous les éléments qui y sont entrés en vue d'un contrôle ultérieur par les autorités fiscales. Pour prouver que leurs programmes comportent bien ces qualités, les éditeurs de logiciels devront obtenir un certificat délivré par un organisme agréé ou alors élaborer leur propre attestation et la faire approuver par les autorités. Pour l'heure, deux certifications officielles existent : la norme NF 525, délivrée par la société privée INFOCERT, et celle offerte par le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE).

Les exigences introduites par la nouvelle loi obligeront de nombreux restaurateurs, patrons de bar, ou hôteliers à revoir leur système de caisse. Ceux qui possèdent un réseau de machines liées à un contrat de location et de maintenance lourd et coûteux "à l'ancienne" auront donc une opportunité de choisir un nouveau système de caisse plus adapté aux besoins du restaurateur contemporain.

 

iKentoo et la révolution des caisses sur iPad

Heureusement, il existe de nombreuses solutions nouvelles, fondées sur l'utilisation d'iPads. En plus d'être moins chères et plus faciles d'usage, elles ont l'avantage d'intégrer directement dans leur architecture les fonctions de sécurisation des transactions, d'inaltérabilité des données et d'archivage réclamées par la nouvelle loi. C'est le cas des solutions proposées par iKentoo, un système novateur de caisse enregistreuse sur iPad lancé en 2011 à Genève, en Suisse.

"Dès le premier prototype d'iKentoo nous avons pris le parti d’avoir une tolérance zéro, explique David Clerc, le co-fondateur de iKentoo. De fait, si certains clients potentiels nous indiquaient que leur logiciel existant leur permettait de dissimuler des revenus du fisc ils ont vite compris que cela ne serait pas possible avec iKentoo." Centré autour d'une application appelée iKentoo POS, ce système intégré permet de prendre des commandes, de gérer des tables et d'enregistrer des paiements, le tout au moyen d'une interface simple et flexible.

Un écosystème complet, simple et sécurisé

Un portail de gestion back-office permet en outre d'obtenir une vue détaillée – en un clic – de la performance de son établissement, notamment en générant des rapports d'activité détaillés, de suivre ses ventes en temps réel, de gérer ses stocks et ses livraisons ou encore de contrôler les heures de ses employés. Cette infrastructure est complétée par deux applications mobiles pour iPhone, iKentoo Live et iKentoo Stock, grâce auxquelles on peut gérer son établissement à distance. Cet écosystème s'adresse tout autant à des chaînes de restauration et d'hôtellerie, ou des festivals, qu'à des exploitants indépendants de restaurants, food-trucks, bars, cafés ou épiceries.

Lors de l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions législatives, début 2018, les clients de iKentoo seront entièrement couverts et en conformité avec la loi. "Toute transaction ou commande qui passe par iKentoo rentre dans la base de données sécurisée du commerçant, détaille David Clerc. Si on peut bien sûr annuler un ticket ou un plat il reste toujours une trace numérique, impossible à effacer du chiffre de manière permanente."

L’innovation avant tout

À cela s'ajoute le fait que iKentoo entrepose ces données de manière centralisée sur le cloud (ou "nuage"), dont les capacités de stockage sont pratiquement illimitées, ce qui permet une traçabilité fine et sans limite dans le temps de ces informations. Et iKentoo travaille à l'obtention d'une certification officielle de ses logiciels, comme envisagé par la nouvelle loi.

ikentoo-restaurant-occupé

Bientôt, la start-up suisse prévoit d'en déployer une nouvelle version comprenant des outils cryptographiques et une signature électronique, ce qui permettra un suivi intangible de toutes les transactions et modifications effectuées dans les systèmes de ses clients. Cela ira même au-delà des exigences légales. Raison de plus de positionner iKentoo comme le leader incontesté dans le domaine des caisses enregistreuses haut de gamme et transparentes. Et de poursuivre une philosophie fondée sur le désir d'aller toujours plus loin en termes d'innovation et de performance.